jeudi 30 octobre 2014

Valéry Giscard d'Estaing porte un regard inquiet sur la situation de la France et de l'Europe

Depuis dix ans, la France, comme tous les pays de l'Europe latine, s'est laissée aller au dévergondage budgétaire, c'est-à-dire à l'abandon de toute discipline en matière de comptes publics. Autrefois, les États étaient tenus par la peur de la dévaluation, qui était impopulaire. Depuis la création de l'euro, beaucoup considèrent qu'ils peuvent accumuler les déficits sans en supporter les conséquences!
Les déficits, en effet, n'ont plus de conséquences immédiates sur la monnaie, mais des conséquences invisibles et à moyen terme sur la dette. L'opinion ne les mesure pas. Elle croit qu'il existe un Trésor caché qui payera la dette! Pourtant, en France, les intérêts de la dette coûtent chaque année 48 milliards aux contribuables. C'est une lourde menace pour l'avenir.
Lire l'article complet sur Le Figaro.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire